fracture et prise en charge enfant

Fractures chez l’enfant : quels sont les soins nécessaires ?

Les fractures chez les enfants et les adolescents évoluent différemment de celles des adultes. Les raisons sont diverses et peuvent inclure les caractéristiques anatomiques de l’os dans ce groupe d’âge, le potentiel de croissance des plus jeunes, la correction spontanée de certaines déformations et la réponse des tissus mous aux blessures.

Connaissant ces facteurs, il est important de prêter attention aux soins nécessaires en cas de fractures chez l’enfant. Suivez cet article pour en savoir plus.

Caractéristiques osseuses : enfants x adultes

Les différences entre les os des enfants et ceux des adultes sont importantes pour déterminer le type de blessure, le traitement et le pronostic en cas de fracture.

Chez l’enfant, les os sont plus élastiques et plus poreux ; le périoste – membrane de tissu conjonctif qui tapisse extérieurement les os – est plus résistant et on note la présence de cartilages de croissance.

En outre, pendant la croissance des enfants, la capacité de leur corps à former et à développer les os est plus élevée que celle des adultes. Ces différences déterminent certaines particularités pour les enfants :

Caractéristiques avantageuses :

une plus grande difficulté dans l’apparition des fractures ;
une grande proportion de fractures incomplètes, « branche verte » ou sous-périostée ;
une incidence plus faible de fractures comminutives (rupture de l’os en plus de deux fragments) ;
capacité de remodelage ;
une cicatrisation plus rapide ou un cal osseux, en deux fois moins de temps que pour un adulte ;
une récupération meilleure et plus rapide après la fracture
moins de besoin de chirurgie pour réduire et réparer les fractures.

Caractéristiques désavantageuses :

Les fractures proches du cartilage de croissance peuvent entraîner une déformation et un déficit de croissance ;
une déformation ou des séquelles peuvent avoir des répercussions sur le développement éducatif, professionnel, social et psychologique de la personne.
moins de coopération pour les recommandations, comme ne pas marcher, courir, faire attention, etc ;
difficulté à accepter les plâtres ou une immobilisation prolongée.
Types de fractures chez l’enfant

La plupart des fractures chez l’enfant surviennent à la suite d’une chute dans l’environnement domestique et touchent principalement les membres supérieurs (clavicule, poignet, avant-bras et coude).

Si quelqu’un a été témoin de l’accident, il est important de signaler au médecin le contexte dans lequel l’enfant est tombé ou a été frappé ; la situation dans laquelle il ressent le plus de douleur, par exemple, s’il crie ou pleure lorsqu’il change une couche ou lorsqu’on lui presse le bras.

Découvrez quelques-uns des principaux types de fractures observés chez les enfants :

  • Fracture fermée : il n’y a pas de lésion cutanée.
  • Fracture ouverte ou non : il existe une plaie de la peau qui communique avec la fracture. Il peut être de n’importe quelle taille, même s’il est réduit à un seul point.
  • Fracture pathologique : se produit sur un os affecté par des problèmes antérieurs qui l’ont affaibli (tels que des maladies congénitales, des infections et des lésions bénignes ou malignes).
  • Fracture de stress : se produit dans les os soumis à un effort continu. En raison de la diffusion de la pratique sportive intense chez les jeunes, son incidence est en augmentation.
  • Fracture déviée : les fragments osseux se disloquent.
  • Fracture de l’articulation : l’articulation est touchée.
  • Décollement épiphysaire : affecte la plaque de croissance.
  • Fracture en bois vert : l’os est  » ébréché  » ou  » fissuré « , un côté restant intact.
  • Fracture sous-périostée : se produit sous le périoste, la membrane résistante qui entoure l’os.

Symptômes

La douleur immédiate est le symptôme le plus important de la fracture, et elle est accentuée par le mouvement ou la compression de la région affectée. En conséquence, l’enfant évite de bouger le membre fracturé, ce que l’on appelle l’impotence fonctionnelle. En cas de mouvement actif, cela n’exclut pas la possibilité d’une fracture.

Lorsque la fracture se produit dans les membres inférieurs, l’enfant évite de les appuyer sur le sol ou boite. Dans certains cas, il existe une déformation apparente après le traumatisme. Le gonflement est fréquent, mais ne se produit pas toujours. Parfois, des hématomes (taches violettes) apparaissent sur la peau, ce qui représente une hémorragie interne, mais il n’y a pas lieu de s’alarmer.

Dans certaines situations, on observe un mouvement anormal de l’os au niveau du site de la fracture, accompagné d’une sensation de cliquetis ou de raclement.

Que faire ?

La première étape consiste à immobiliser le membre fracturé pour réduire la douleur et le gonflement et empêcher la blessure de s’aggraver. En cas de blessure, nettoyer à l’eau courante ou au sérum physiologique et recouvrir d’un matériau propre ou stérile. En cas de saignement important, appliquez une compression modérée sur la plaie pour arrêter le saignement et consultez un médecin.

Traitements

Le traitement, l’issue et le pronostic des fractures chez l’enfant sont liés à des facteurs tels que l’âge de la victime, la gravité, le type et la localisation du traumatisme, la formation du chirurgien orthopédiste et même les caractéristiques individuelles de l’enfant blessé.

Les principales possibilités thérapeutiques sont l’immobilisation, la réduction (remise en place de la fracture) ou la chirurgie.

Si vous soupçonnez une fracture chez l’enfant, veillez à consulter un chirurgien orthopédiste dès que possible. Soyez toujours attentif aux plaintes des enfants victimes de traumatismes, car ils ne peuvent souvent pas s’exprimer de manière adéquate, et le problème peut s’aggraver.